Projection du documentaire à haute teneur en sucre « Sugar Land »

La malbouffe nous empoisonne ! Reprenons le pouvoir sur notre assiette !

Assistez à la projection du documentaire à haute teneur en sucre « Sugar Land ».

La projection sera suivie d’une présentation par Tiphaine Maurin, attachée parlementaire, du rapport de la commission d’enquête sur la nourriture industrielle présidée par le député insoumis Loïc Prud’homme avec les propositions de la France insoumise qui en découlent.

Rendez-vous le lundi 15 octobre à 20h30, à la Permanence parlementaire du député France Insoumise Loïc Prud’homme, au 281 Route de Toulouse, Villenave d’Ornon.

Soirée organisée par le groupe Les Insoumis à l’Action de Talence.

sugarland-ProjectionFranceInsoumise
Affiche officiel du film lors de sa sortie
« Sugarland », un film australien drôle et coloré pour parler des sucres cachés dans les produits allégés, à voir impérativement avant de faire ses courses !

Un documentaire qui rappelle Super size me :

Une expérience un peu à la manière du documentaire Super size me (2004) où le réalisateur, Morgan Spurlock, avait pris pendant un mois tous ses repas exclusivement chez McDonald’s. Ici, pas de junk ni de fast food. Mais Damon Gameau a choisi de débusquer une autre cible, celle des sucres cachés. Ceux que les professionnels de l’agroalimentaire ont très largement saupoudré sur les produits dits transformés. Pourquoi ? Pour en rehausser le goût à bas coût, le tout avec une étiquette ‘light’, histoire de donner bonne conscience aux consommateurs. Entouré d’un nutritionniste, d’un médecin et d’un biologiste, le réalisateur a élaboré un menu qui prévoit d’ingérer non pas directement des morceaux de sucre ni de se gaver de sodas et de sucreries mais de ne consommer que ces aliments dits allégés.

En pratique, 160 grammes de sucres par jour, essentiellement du saccharose et du sirop de glucose-fructose, des sucres particulièrement présents dans les céréales et boissons dites ‘light’, les muesli étiquetés ‘sains’, les smoothies et aussi les barres de céréales… qui, à elles seules, contiennent en général la ration journalière recommandée de sucres (soit de 20 à 30 g) !

Tout au long du film, des séquences historiques rappellent comment le gras a été diabolisé dès les années 1970 et comment le sucre a été exonéré et évoquent les basses manœuvres sucrières, calquées sur celles de l’industrie du tabac, comme l’a démontré une étude scientifique publiée en 2016 et comme l’a révélé le New York Times.

Pédagogique et en même temps très ludique, le film, au montage nerveux, aux couleurs saturées et aux effets spéciaux très réussis, s’achève sur un clip où l’acteur réalisateur métamorphosé en Mr Sugar, évolue dans les rayons d’un supermarché.

Le message est parfaitement clair : ne vous laissez pas abuser ni engluer par les promesses des étiquettes et réduisez votre consommation en sucres. Elle est en moyenne de 100 grammes par jour, soit 36 kilos par an dans nos pays industrialisés, quatre fois supérieure aux recommandations de l’Organisation mondiale de la santé.

Par Sylvie Riou-Milliot le 20.01.2018 Sciences et Avenir

“ CE DOCUMENTAIRE MÉRITE D’ÊTRE CLASSÉ D’UTILITÉ PUBLIQUE ” Télérama

Les sucres cachés sont mauvais pour notre santé !

Bien sûr en mangeant du sucre à la petite cuillère, cet homme grossit le trait mais il a le mérite de révéler une triste réalité. Sans nous en rendre compte, les aliments tout préparés que nous mangeons contiennent beaucoup de sucres. Ce film raconte d’ailleurs comment on en est arrivé là. À la fin des années 70, les industriels décident de vendre des aliments moins gras. Pour que le goût reste agréable, ils ajoutent du sucre qui est un exhausteur de goût et qui donne de la consistance. Pour être plus précis, ils rajoutent des sirops de glucose, de fructose. Aujourd’hui, on en trouve dans 80% des aliments industriels : dans les soupes de légumes, dans le jambon, dans les pizzas, dans les produits 0% et même dans les biscuits d’apéritif ou les cacahuètes. La palme revient aux yaourts à boire. Une seule petite bouteille contient l’équivalent de 15 sucres en morceaux.

Ce n’est pas un hasard si aujourd’hui en France l’obésité touche 15% des adultes et 10 % des enfants, soit deux fois plus qu’il y a 10 ans. Mais ce n’est pas tout car notre organisme ne sait pas gérer une arrivée massive de glucose et en définitive les cas de diabète de type 2 se multiplient avec au moins 3,5 millions de personnes concernées en France. Le fructose, autre sucre industriel, se transforme en graisse dans notre foie. Cette accumulation de graisses peut provoquer une cirrhose. L’excès de sucre favorise aussi les maladies cardio-vasculaires. Après avoir vu Sugarland, vous regarderez sûrement avec un autre œil les aliments préparés par les industriels.

Une fois par mois, la projection d’un documentaire ou d’un film vous sera proposée. Parlez-en autour de vous !

Les projections sont suivies de discussions, toujours intéressantes puisqu’elles nous permettent de confronter nos idées, de nous faire avancer dans notre réflexion, de prendre conscience…

Pour certaines séances, un interlocuteur pourra être présent pour alimenter et enrichir les débats.

Vous pouvez nous soumettre vos idées de documentaires ou de films, nous essaierons d’en tenir compte dans notre programmation. Vous pouvez aussi nous rejoindre et participer à l’élaboration des projections.

Pas encore insoumis ? Rendez-vous à l’adresse indiquée, nous vous accueillerons chaleureusement et avec respect.

Insoumis ? Pensez à vous inscrire sur l’événement proposé sur la plate-forme nationale de la France Insoumise

Anciennes projections :

Le 19 septembre 2018 : « La stratégie du choc, la montée du capitalisme du désastre », d’après le livre de Naomi Klein.

En utilisant de nombreuses images d’archives, Michael Winterbottom et Mat Whitecross démontrent la puissance du texte de Naomi Klein et la nécessité de résister.

“Un cours magistral” Libération

“Un percutant dossier à charges contre un monde décrit comme la proie d’une économie cynique et meurtrière” Le JDD

Le 26 juillet : Propaganda, la fabrique du consentement de Jimmy Leipold.

Comment influencer les foules ? À travers la figure d’Edward Bernays (1891-1995), l’un des inventeurs du marketing et l’auteur de « Propaganda », un passionnant décryptage des méthodes de la « fabrique du consentement ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.